Pour ou contre l’unité de méthanisation de Fontenay-Le-Vicomte?

J’ai rencontré Nicolas Galpin, l’un des agriculteurs à l’origine du méthaniseur de Fontenay-le-Vicomte. Il est agriculteur à Auvernaux depuis 12 ans, il pratique une agriculture de conservation des sols. Il possède 30 moutons, toujours dehors, et 30 ruches. Je l’avais rencontré au début de son activité avec ma classe, il nous avait présenté le fonctionnement de sa moissonneuse batteuse et à l’époque il roulait déjà à l’éthanol. Je n’ai pas de mal à dire que c’est un homme bien, amoureux de sa terre et de ses abeilles. Il nous a donné une plaquette pour défendre son projet. Il donne confiance mais nous avons encore quelques questions.

Ce qui nous manque à chaque fois c’est les documents essentiels qui ne sont, pour l’instant, que fournis à la préfecture soit l’annexe 1 du dossier qui répertorie la liste des intrants autorisés et l’annexe 2 qui indique les zones d’épandage autorisées… Pourquoi? Ce sont évidemment les documents les plus sensibles et qui nous intéressent le plus …. Que va-t-on épandre ? Va-t-on épandre à proximité de nos maisons ? Rappelons que l’on peut épandre jusqu’à 35 mètres des habitations ! Quelle joie l’été sur la terrasse les jours d’épandage !

Ils ont également l’autorisation de forage pour capter 180.000 m3 d’eau par an dans la nappe phréatique. Est-ce ainsi qu’ils garantissent un digestat liquide et donc plus simple à épandre que des galettes ?

Bien sûr, ces agriculteurs semblent avoir une vraie conscience écologique mais là, on joue notre qualité de vie et la valeur de nos maisons, l’investissement d’une vie pour la plupart d’entre nous. Certains projets ont démarré avec de belles promesses et les habitants ont le sentiment d’avoir été trompés, c’est pestilentiel. D’autres projets fonctionnent très bien. Peut-on prendre ce risque? Ces agriculteurs, peuvent-ils être trompés par leurs actionnaires ?

Pour éviter ces risques, le groupe écologiste à la région préconise des structures beaucoup plus petites comme celle de Boutigny, agricole à 95%. Mais même dans ce cas, il faut se méfier parce que, certaines, augmentent leur capacité 2 ans après leur démarrage en accueillant d’autres intrants, c’est l’appât du gain. Et de cette manière elles ont évité l’enquête publique… A Fontenay-le-Vicomte, pourra-t-on augmenter la capacité du site ?

Ce projet de Méthanisation à Fontenay-le-Vicomte, n’est pas financé par la région IDF, car non finançable vu la forme juridique adoptée par le porteur du projet (Société en SAS). Cela contribue aux doutes autour de ce projet.

La commune de Mennecy s’était opposée antérieurement au projet VARISOL prévu à Chevannes, qui était un projet industriel, porté par une entreprise du Loiret, projet non agricole, et situé plus proche de Mennecy (à 500 m des habitations). Elle soutient ce projet malgré les risques pour les habitants. Seul l’avenir nous dira si le maire, qui s’est prononcé pour à plusieurs occasions, a eu raison ou pas …

Ce projet est en cours depuis 2018. Il y a eu des échanges avec la mairie de Fontenay-le-Vicomte, qui a modifié son PLU pour en permettre la construction. L’ancienne première adjointe est devenue Maire et est maintenant contre ce projet. Pourquoi ? Et pourquoi ne pas en avoir informé la population plus tôt ? Bien évidemment les élus de Fontenay-le-Vicomte étaient informés depuis le début (2018).  Il apparait  « évident » que tous les élus de la CCVE devaient l’être également mais aucune information n’a été faite en direction de la population.

Ce projet paraît souvent très prêt des limites acceptables. Il est agricole parce qu’on dépasse juste les 50% pour les intrants, il évite une enquête publique parce qu’on est juste sous les 100 tonnes par jour (87t). Cela paraît habile.

« tout est fait pour qu’il n’y ait pas d’odeurs », est-ce rassurant ? Est-ce que cela veut dire qu’il n’y en aura pas ? Non.

Nous devons ajouter que la constitution de la société Biogaz VDE incite à la prudence.
Un seul actionnaire a apporté 2000€ de capital. C’est ce qu’on voit sur les statuts de la société et sur les avis publiés au tribunal de commerce et consultables au greffe du tribunal de commerce. Plus fort encore, l’exercice 2020 de la société s’est achevé sur un résultat négatif de -2900€, les fonds propres de la société sont passés à -900€ le 1er janvier 2021. Or, le dossier de demande d’enregistrement déposé à la préfecture cite explicitement 3 associés constitués de 2 agriculteurs apportant 60% du capital et une société (SEDE) apportant 40%. C’est surprenant.

Ce projet de 8,7 millions d’euros sera donc financé à 60% par les 2 agriculteurs soit 5,22 millions. Ils doivent avoir 10 à 15 % du capital pour prétendre à un prêt soit entre 522 000 et 783 000 euros d’apport à deux. Espérons que ce n’est pas Véolia (=SEDE), leur principal actionnaire qui leur prêtera parce que dans les statuts de la société, on trouve une autre source d’inquiétude…

En effet, l’objet de la société, dans ses statuts, autorise la transformation de déchets urbains (les boues de station d’épuration) et industriels aussi bien par méthanisation que par compostage. Pour comparaison, l’objet de la société constituée pour le méthaniseur de Boutigny reste purement agricole en interdisant que le contrôle échappe aux exploitations agricoles, en ne permettant que la méthanisation d’intrants végétaux d’origine agricole.
Ces différences dans les objets des deux sociétés sont très inquiétantes.

Ce projet est soutenu à hauteur d’un million d’euros par l’ADEME. Est-ce un gage environnemental ? Rappelons que c’est un organisme d’État qui met en œuvre la politique préconisée par le gouvernement.

De nombreuses communes sont concernées par ce projet : Auvernaux, Baulne, Fontenay Le Vicomte, Mennecy, Ballancourt, Chevannes, Nainville-Les-Roches, Saint Fargeau-Ponthierry, La Ferté Alais, Saint Vrain, Vert-Le-Petit, Champcueil. Vos maires doivent pouvoir répondre à vos inquiétudes et se prononcer sur ce projet. Le président de la CCVE, Patrick Imbert, devrait s’exprimer et donner son avis sur ce projet. Qu’en pense tous ces élus ? Il est déjà presque trop tard. Qu’attendent-ils ? Nous diront-ils qu’ils étaient pour si tout se passe bien et qu’ils étaient contre si des problèmes apparaissent?

Le maire de Mennecy, avec courage, s’est exprimé pour.

Pour notre part, trop de questions sans réponse, trop de risques pour les habitants, nous préférons respecter le principe de précaution et dire que ce projet est trop gros et trop proche, qu’il met trop en danger le confort de vie des habitants pour que l’on puisse le soutenir. Les odeurs en fonction de leur provenance ne seront pas seulement gênante, elle peuvent aussi nuire à la santé. La pollution de l’air chaque année provoque de nombreuses maladies et de nombreux décès. Ce projet semble inarrêtable mais une mobilisation citoyenne peut tout changer. Commençons par s’organiser et faisons constater par un huissier notre confort de vie: odeurs, bruits, pollutions. Si l’un de ces constats change avec cette unité de méthanisation alors nous serons en droit de demander des comptes.

Articles précédents sur le même sujet:

Unité de méthanisation de Fontenay

Que penser de la réponse de notre maire sur l’unité de méthanisation de Fontenay Le Vicomte ?

Réponse de monsieur le Maire de Mennecy à nos questions en conseil municipal à propos du projet d’unité de méthanisation de Fontenay Le Vicomte

Méthanisation à Fontenay Le Vicomte Question au conseil municipal du 9 avril 2021

Projet de méthanisation à Fontenay Le Vicomte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :