Cantines scolaires

Les cantines scolaires ont du faire face à une grève de leur prestataire sur la deuxième semaine de janvier. Grève inédite et compliquée à gérer pour la mairie qui ne fait que réchauffer des plats cuisinés et livrés par la société SOGERES.

La commune de Mennecy a tout de même fourni les repas des enfants sur les jours concernés..

Réclamations des représentants des parents d’élèves de la Sablière

Néanmoins, au regard des repas proposés, pour les représentants de parents d’élèves, il paraît invraisemblable que le prix du repas demeure indexé sur quotient familial lui-même indexé au coût de la SOGERES. 

Dans la plupart des communes, les parents ont apporté un pique-nique à leurs enfants sans être facturé.

Le menu de la semaine proposé par la mairie:

Mardi 10 janvier, en entrée des brocolis ou betteraves, en plat principal des raviolis en boite ou de la brandade, pas de fromage et en dessert un yaourt et un fruit.

Mercredi 11 janvier, en entrée salade verte en plat principal cuisses de volaille en conserve ainsi que du gratin dauphinois et en dessert des compotes en conserve, clémentines

Jeudi 12 janvier, en entrée tomates cerises, en plat principal des lasagnes et en dessert clémentines et poires en conserve.

Vendredi 13 janvier, en entrée tomates cerises, thon, mais , en plat principal paëlla d’Intermarché et en dessert pommes et tarte aux pommes surgelée.

Les représentants des parents constatent que les repas ont été fort mal équilibrés, que les portions données aux enfants ont été insuffisantes. Ils affirment aussi que la mairie n’a pas non plus respecté la chaîne de froid, en transportant les aliments dans un véhicule non réfrigéré .

Ils déclarent que les communes ont l’obligation d’informer les parents par avance des menus proposés ainsi que leurs provenances, il semblerait que la mairie de Mennecy ait omis de nous informer. 

Un événement ponctuel tel qu’une grève ne suspend pas les obligations légales auxquelles la mairie doit se tenir.

Par conséquent, ils réclament une réduction du prix des repas de la cantine (un prix déjà élevé pour beaucoup d’entre eux).

Que peut-on en penser?

On voit que la mairie a du improviser. Dans les offices, il n’y a que des fours de réchauffage, faits pour chauffer des plats déjà cuits.

Fermer les cantines aurait sans doute mécontenté beaucoup de parents.

Le coût d’un repas est de l’ordre de 10 ou 11 euros dont 4 ou 5 € pour SOGERES. Le reste est essentiellement pour payer le personnel qui s’occupe des enfants pendant la pause méridienne. Il est donc difficile de faire une réduction pour cause de grève puisque le personnel était présent et des repas ont été achetés.

Par contre, on peut se demander si l’abandon d’ELIOR, prestataire depuis 2010, est pertinent car il n’y a jamais eu de défaillance entre 2010 et 2022.

L’ absence de concertation que la mairie aurait pu mener avec les représentants des parents d’élèves a compliqué la situation. Une grève n’arrive pas par surprise, il y a eu un préavis. Je ne pense pas que le contrat avec SOGERES permette de tenir le client dans l’ignorance d’un préavis de grève.

La commission menus est l’instrument pour mener cette concertation. Elle permet de faire constater que l’accueil des enfants sera dégradé, essentiellement parce que les offices sont organisés pour une préparation des repas à l’extérieur et une liaison froide.

Dans cette commission, il aurait été possible d’informer les familles plus tôt en leur recommandant, si c’est possible, de faire manger les enfants à la maison et en prévoyant la possibilité d’annuler les réservations jusqu’au matin même, sans pénalité.

Ensuite, on voit que la mairie a eu recours au traiteur d’Intermarché pour de la paella. C’est une bonne idée. Il est alors probable que la paella a été préparée le matin et livrée chaude dans les offices. Il est alors normal de ne pas avoir de véhicule réfrigéré. Il faut disposer de containers isotherme pour conserver les plats au chaud, au moins 65°C. C’est le principe de la liaison chaude.

Le personnel des offices le sait, ils ont reçu les formation HACCP pour cela.

A propos du prix qui reste à payer, rien n’est gratuit et le prix de revient d’un repas est très largement supérieur au prix payé par les familles. Il suffit de lire le tarif d’un repas adulte, non enseignant et extérieur à Mennecy, pour le connaître. La composante la plus importante dans ce prix est le salaire du personnel qui s’occupe des enfants pendant toute la pause méridienne.

Pour la mairie, la situation n’a pas du être simple à gérer. Il faudrait améliorer la concertation dans des situations exceptionnelles et développer la résilience en sachant avoir recours à des traiteurs comme celui d’Intermarché, sans oublier les modalités telles que les containers isothermes ou la location d’un véhicule frigorifique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :